L'intégration par la scolarité de l'enfant handicapé

Rédigé par Lucie le 04 février 2012

En fonction de son handicap, la scolarité de l'enfant peut être suivie en intégration dans un établissement ordinaire ou dans une structure adaptée. Les deux systèmes d'accueil ne sont pas cloisonnés et le passage de l'un à l'autre est de plus en plus pratiqué.

La scolarité dans un établissement ordinaire ou en classes d'intégration
Si l'enfant en a les capacités et si son handicap le lui permet, il peut intégrer un collège ou un lycée ordinaire avec éventuellement le soutien d'un service de soins et d'aide à domicile. Quelques établissements ayant une expérience dans l'accueil d'élèves handicapés pratiquent une intégration organisée : elle peut-être collective ou individuelle, en relation avec des services de soins, un suivi et un soutien.

Les CLIS (classes d'intégration scolaire) accueillent dans le primaire des enfants qui ne peuvent pas bénéficier d'une intégration complète.
Implantées en collège, les UPI (unités pédagogiques d'intégration) sont la suite des CLIS ; elles accueillent des élèves handicapés de 11 à 16 ans. Dans certains cas, l'élève handicapé peut être accompagné par un auxiliaire d'intégration scolaire.

L'État a prévu le financement de matériels pédagogiques adaptés répondant aux besoins particuliers des élèves déficients sensoriels ou moteurs.
Les étudiants peuvent s'adresser au service d'accueil des étudiants handicapés existant dans chaque université.

La scolarité dans une structure spécialisée
Si l'enfant doit être orienté vers une structure spécialisée, il sera accueilli dans un établissement correspondant à son handicap. Parallèlement aux actions éducatives, aux rééducations et aux techniques spécifiques d'apprentissage ou de communication, il suivra des études générales ou professionnelles. Ces structures sont variées et elles sont souvent gérées par des associations loi 1901. Elles sont agréées par le ministère de l'Emploi et de la Solidarité. L'admission nécessite, sauf exception, une prise en charge accordée par la commission départementale de l'éducation spéciale (CDES).

Classé dans : Une intégration qui passe par différents stades - Mots clés : aucun - 101 commentaires

Vidéos illustrant l'intégration scolaire des enfants handicapés

Rédigé par Marion le 09 février 2012


A travers cette vidéo, nous pouvons voir que certains enfants handicapés s'intègrent très bien dans des classes non spécialisées, ils se mélangent aux autres élèves sans difficulté et sont tout à fait épanouis dans leur scolarité.




Cette vidéo présente un autre mode d'intégration scolaire: les enfants handicapés jonglent entre l'Institut Médico-Educatif (IME) et une école avec des classes dites ordinaires. Cela permet aux enfants handicapés d'évoluer avec des enfants dits "normaux" ce qui facilite leur intégration. Ce mode de scolarité peut également changer le regard des enfants des classes classiques sur les enfants handicapés.

Classé dans : Une intégration qui passe par différents stades - Mots clés : aucun - 32 commentaires

L'intégration des personnes handicapées dans le monde du travail

Rédigé par Lucie le 11 février 2012

L’insertion professionnelle en milieu ordinaire

L'objectif principal des politiques est d’insérer la personne handicapée au mieux dans le monde du travail, dans le secteur public comme dans le secteur privé. Les entreprises ont pour obligation d'employer 6% de personnes handicapées. Si ce quota n'est pas respecté, des sanctions sont infligées aux entreprises comme le paiement d’une contribution financière à l’AGEFIPH (Agence pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées). Malheureusement, beaucoup d'entreprises préfèrent payer la taxe que d'employer des personnes handicapées. L'entreprise peut aussi contribuer à l'intégration des handicapés dans la vie professionnelle par la conclusion de contrats de fournitures, de sous-traitance d’activité ou de services avec des ateliers protégés. Dans la fonction publique, les personnes handicapées occupent les mêmes postes, ont les mêmes obligations, les mêmes droits, les mêmes conditions de travail, les mêmes rémunérations et les mêmes indemnités que les autres salariés.

Les établissements de travail protégé

 
Les personnes ayant un handicap trop lourd et qui n'ont pas accès à un emploi dans le secteur ordinaire peuvent être orientés vers des établissements de travail "protégé" comme les centres d’aide par le travail (CAT), les ateliers protégés (AP) ou les centres de travail à domicile (CDTD). Ces établissements de travail "protégé" doivent, à terme, constituer des passerelles vers le milieu de travail ordinaire, mais cette réinsertion reste très rare. De plus, on estime que le nombre de places disponibles dans ce secteur est très insuffisant.


Source : http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/politique-handicap/handicap-travail/

Classé dans : Une intégration qui passe par différents stades - Mots clés : aucun - 5260 commentaires

Vidéo de la visite du CAT André Lanciot de Heillecourt

Rédigé par Marion le 11 février 2012

Pour illustrer l'intégration des handicapés dans le monde du travail, nous avons visité un Centre d'Aide par le Travail (CAT) situé à Heillecourt. Ci-dessous la visite du centre faite par un éducateur.



Classé dans : Une intégration qui passe par différents stades - Mots clés : aucun - 537 commentaires

L'intégration des personnes handicapées dans la vie quotidienne

Rédigé par Marion le 15 février 2012

Pour illustrer l'intégration des personnes handicapés dans la vie quotidienne, ci-dessous l'interview d'un couple composé d'une ergothérapeute et de son époux Claude, à mobilité réduite qui ont accepté de nous recevoir et de répondre à nos questions.




A travers cette interview, nous pouvons voir que l'intégration des personnes handicapées dans la vie quotidienne est difficile. L'accessibilité reste encore un gros problème. En effet, pour les personnes à mobilité réduite comme Claude, il est très compliqué de prendre les transports en commun et beaucoup d'entre elles y renonce souvent. Les restaurants, les magasins, les cinémas et encore les lieux publics ne sont pas tous accessibles pour les handicapés. Les simples déplacements de la vie quotidienne pour les valides demandent une véritable organisation pour Claude et sa famille. De plus, Claude n'a pas toujours été en fauteuil roulant et le regard des autres au début de son handicap n'a pas été facile à vivre pour lui. Il se compare à une "bête curieuse" que les gens regardent méchamment. Cela montre que les gens ont encore du mal à accepter les personnes handicapées dans notre société et qu'elles sont encore considérées comme différentes. De plus, Anne et Claude reprochent le manque de respect envers les personnes à mobilité réduite. Les gens n'ont aucun scrupule à emprunter les stationnements réservés aux Grands Invalides Civil ou de Guerre (GIC-GIC). Pour eux, les handicapés ne sont pas bien intégrés dans notre société, mais si des efforts sont fait pour améliorer leur quotidien.


Ci-dessous une photo d'un véhicule d'une personne handicapée, les commandes qui se font habituellement avec les pieds se font ici avec les mains et sont situées sur le volant.



Voici une vidéo illustrant les difficultés rencontrés par les personnes handicapées dans la vie quotidienne, dans la rue, les magasins et les autres lieux publics.



Voir aussi l'article : Aménagements des lieux publics

Classé dans : Une intégration qui passe par différents stades - Mots clés : aucun - 110 commentaires

Fil Rss des articles de cette catégorie

page 1 sur 2suivante